formats

Metro Verlaine

Une fois n’est pas coutume, c’est un groupe au complet qui nous a parlé de sa chanson fétiche ultime préférée de tous les temps pour l’éternité. Mais ce qui ne change pas, c’est Marion derrière l’appareil photo. De gauche à droite, Romain, Raphaëlle, Axel et Joe.

Romain
Ce serait une reprise live de “Let’s Get It On” de Marvin Gaye par Maceo Parker. J’ai un parcours musical assez varié. En tant que bassiste, je suis arrivé dans la musique avec la funk-soul et j’ai découvert petit à petit le rock’n’roll. Mais j’ai vraiment grandi et appris la basse avec tout ce qui groove et est vraiment funky. Je ne sais pas vraiment comment j’ai découvert ce morceau, ce devait être dans tous ces échanges avec ces zicos à l’époque où on se retrouvait à jammer la nuit. J’ai vraiment été inspiré par les grands techniciens, genre Victor Wooten, Marcus Miller, etc., sans dire que j’en écouterais tout le temps. Et j’en suis venu à Maceo Parker… Sur cette version live, il joue avec Fred Wesley au trombone et est entouré d’une sacrée équipe de musiciens. La chanson a déjà ce côté sexy, mais dans cette reprise, il n’y a pas de chant. C’est Maceo qui chante avec son saxophone. C’est sax ténor, sax baryton, basse, trombone, guitare, claviers et batterie, ça se complète, tu te laisses juste porter par cette sensualité et ce groove. Et ça me plaît pas mal.

Raphaëlle
Ce serait “Ain’t Got No, I Got Life” de Nina Simone. J’écoute beaucoup de soul, mais cette chanson-là me touche particulièrement compte tenu du contexte politique. La voix de Nina Simone me touche aussi, ainsi que toute sa carrière, ce style qu’elle a inventé, car pour moi, elle a inventé quelque chose. J’ai lu une biographie et en tombant sur ce passage qui parle du début de son engagement avec les Black Panthers, j’ai voulu l’écouter ce titre. Je le mets quand je déprime, quand je suis en voiture et que je pense à autre chose… Je la chante aussi. Je n’ai pas pensé à la reprendre sur scène, je n’en ai pas envie, je vais la laisser où elle est, elle y est très bien…

Axel
S’il n’en restait qu’une, ce serait “Boys Don’t Cry” de Cure. J’ai longuement hésité, mais je me suis rendu compte que ce serait la chanson pop parfaite à mes yeux, celle qui pourrait nous faire danser, pleurer, être heureux ou juste que je pourrais foutre dans ma bagnole. Et c’est la chanson la plus décalée de Cure, mon groupe préféré. Elle n’est ni sombre, ni trop axée sur la voix et complètement ironique. Et voir les Cure faire des chansons ironiques ça devient drôle. Ma découverte des Cure est une très sombre histoire. Avant de me lancer à corps perdu dans la musique, j’étais un fanatique de football, mais avec un peu de classe tout de même, toujours le col relevé à la Cantona c’est très important. Et un jour de décembre, je me suis fait écraser par une voiture et j’ai failli passer le reste de mes jours dans un fauteuil roulant. J’avais 13 ans, j’étais à l’hôpital et mon père est venu me voir en me disant, “ni maman, ni moi ne pouvons dormir à l’hôpital avec toi, mais je vais te donner un disque et un lecteur CD et tu vas l’écouter à chaque fois que tu seras triste”. Et j’ai écouté Cure toute la nuit. La chanson qui m’a le plus fait oublier où j’étais, en ne sachant pas si je pourrais remarcher ou plus important, jouer au foot, c’était “Boys Don’t Cry”, parce qu’elle est tellement enjouée sans l’être. Et même sans comprendre l’anglais, j’étais bien.

Joe
Pour moi, ce serait “Original Man” du groupe Riff Raff. Avant d’intégrer Metro Verlaine, j’étais à fond dans les années 1960-70. J’avais un blog et j’allais chercher des sources sur un site où il y avait plein de choses à télécharger. Je choisissais les styles, je téléchargeais vraiment beaucoup, beaucoup, beaucoup de musique – légalement (rires). Et je suis tombé sur cet album-là, qui date de 1974, je crois. Le style du groupe est plutôt jazz-rock, les autres morceaux sont inaudibles, mais celui-là, je l’ai écouté en boucle une dizaine de fois, parce qu’il m’a touché vraiment au cœur et m’a transporté. C’est une chanson hyper mélancolique, elle est très simple alors que les mecs sont de gros techniciens. Mais sur “Original Man”, on les sent dans la retenue pour ne laisser que l’émotion passer. C’est la chanson que je veux qu’on passe avant de me mettre sous terre, qu’on m’incinère ou qu’on m’envoie dans une capsule dans l’espace…