formats
Publié le 26 mai 2016, par dans Chanson-fétiche.

Olivier La Molte Texier

Photo : Marion, moitié photographiante de cette rubrique.

J’ai choisi un titre du groupe Magma, “De Futura”, qui est assez long – 17 minutes – et assez noir. Ce morceau m’a marqué quand j’avais une vingtaine d’années. Je regardais une émission sur Canal+ avec Antoine de Caunes, je me demande si ce n’était pas Nulle Part Ailleurs, et il parlait souvent de Magma. A l’époque, c’est-à-dire la fin des années 1990, le début des années 2000, j’écoutais du jazz et du punk, je sortais d’une période metal, bref, rien à voir avec Magma. Mais j’avais tellement entendu parler de ce groupe, dont de Caunes racontait la mythologie, que ça m’intriguait. Je n’avais pas cherché à aller plus loin, là où j’habitais, il n’y avait pas de grandes médiathèques.

Et un jour, dans la discothèque de la fac de Créteil, j’ai trouvé plusieurs disques de Magma. Je me suis dit que j’allais essayer. J’ai écouté quelques albums et avec ce morceau-là, qui date de la fin des années 1970, j’ai pris une claque. Il y règne une ambiance un peu science-fiction, noire, il y a ce passage au rythme très rapide…

Quand j’ai mis ce disque dans la platine la première fois, ce morceau, qui n’est pas le premier de l’album est arrivé et c’est là que je prends une claque. Je rentre vraiment dedans, il démarre progressivement avec les premières notes de basse, un peu répétitives, la structure évoque celle des morceaux vaudou qui t’amènent dans un état second, et je me mets à danser. En me disant, mais c’est de la techno des années 1970, c’est plus efficace que la musique électronique contemporaine. J’ai dansé et réécouté et réécouté le morceau.

J’adore d’autres titres de Magma, mais celui-là est particulier. Je pense que ce disque m’a ouvert des portes. J’ai appris ensuite que le leader de Magma, Christian Vander, a eu un déclic quand John Coltrane est mort et il y a beaucoup d’influences jazz et coltraniennes dans ses morceaux. Ça m’a fait découvrir Coltrane et le free jazz que je ne connaissais pas à l’époque.
Je n’écoute pas ce morceau régulièrement, mais vingt ans après, je sais qu’il me fait toujours le même effet.