formats
Publié le 2 mai 2016, par dans Chanson-fétiche.

Caroline Vié

Ne jamais perdre les bonnes habitudes. La photo est signée Marion, who else ?

S’il n’en restait qu’une, ce serait “Message Personnel” chantée par Françoise Hardy. C’est l’une des plus belles chansons que j’ai entendues. Et pourtant, je n’aime pas la chanson française qui, dans l’ensemble, me fait horriblement chier… Mais celle-là est incroyable.

Je ne l’ai pas découverte chantée par Françoise Hardy, mais par Isabelle Huppert dans Huit Femmes de François Ozon. J’ai été frappée, je ne la connaissais absolument pas. Et j’ai été encore plus frappée en apprenant que Michel Berger l’avait écrite, alors que pour moi, c’était assez nul, ses chansons. Tu les entends à la radio, ça ne te tombe pas des oreilles non plus, mais je n’aurais pas l’idée d’acheter le disque.

“Message Personnel” décrit parfaitement l’état amoureux et l’amour non partagé. Je n’ai jamais entendu quelque chose qui soit aussi réussi dans ce domaine, tant par le texte que par la musique. La version d’Isabelle Huppert est peut-être la plus bouleversante parce qu’elle est plus âgée que quand Françoise Hardy l’avait enregistrée.

C’est une chanson qui me fait pleurer. Beaucoup. Je la trouve déchirante, mais elle m’accompagne quand j’écris parfois. Elle m’a marquée à vie. Il y en a d’autres, comme “Mad World”, qu’on entend dans Donnie Darko, chantée par Gary Jules. Elle contient la plus belle phrase de la terre, “The dreams in which I’m dying are the best I’ve ever had”. On remarquera mon goût pour les chansons joyeuses, genre fête de la bière. Même si ce sont des chansons auxquelles je pense beaucoup, je ne les ai pas utilisées en exergue de mes livres. “Message Personnel” aurait pu être une bonne exergue pour mon premier roman, Brioche, une histoire d’amour non partagée. Et cette phrase de “Mad World” pourrait aussi illustrer tout ce que j’écris. Même si j’aime vraiment le rock et le hard rock ces deux chansons sont marquantes et correspondent à mon état d’esprit général. C’est-à-dire pas vraiment gai.