formats

11289662_10206569881703573_1250807251_n

Photo : Marion Ruszniewski

Et s’il ne restait qu’une chanson dans votre vie, si vous n’aviez plus qu’un disque à écouter jusqu’à la fin de vos jours, duquel s’agirait-il ? Je n’ai pas encore réussi à répondre à cette question. Mais je suis en train de la poser autour de moi à tous les mordus de musique que je croise.

Pierre : Je dirais “Star Star” des Rolling Stones, c’est l’un des premiers 45 tours que j’achète, que j’écoute toujours depuis en boucle. Depuis, j’ai l’album qui va avec, “Goat’s Head Soup”, que j’ai racheté en CD lorsqu’il est sorti, puis en version remasterisée soi-disant définitive, et j’ai ce morceau sur x compilations… Mais j’ai gardé le 45 tours original. A l’époque, je vais dans un supermarché près de chez moi à Clamart et il y a un petit rayon disques. A chaque fois, j’arrive à économiser 10 francs, pas assez pour un album, mais je peux m’offrir un 45 tours. Je me base sur les pochettes pour choisir. A partir du moment où les gens ont les cheveux longs et un nom anglais, je me dis, ça doit être du rock. Je me retrouve à acheter les Rolling Stones, les Who, Slade… Et parmi ces premiers 45 tours, il y a “Star Star”. Je dois avoir 12 ans. Ce morceau, pour moi, c’est tout le swing des Rolling Stones, le morceau de 3 minutes, inspiré de Chuck Berry, avec l’intro de guitare de Keith Richards, le beat de batterie de Charlie Watts, le texte très sexe de Jagger qui est censuré, puisqu’à l’origine, la chanson s’appelle “Starfucker” et sort sous le nom de “Star Star”. Moi, j’écoute le refrain et je ne comprends pas les paroles, évidemment, je vois ce titre, et j’entends un truc qui n’a rien à voir… Plus tard, j’apprendrais ce qu’il dit vraiment. J’ai flashé sur les Stones, surtout qu’en face B, il y a “Doo Doo Doo Heartbreaker”, un morceau avec du clavinet, un peu soul où Billy Preston a une grosse place. Peu de temps après, on m’a offert une compilation des Stones de 1975, “Made In The Shade”. À l’époque, ils sont sur la route aux États-Unis et je tombe sur un article dans Best avec des photos de cette tournée. Et je deviens fondu des Stones, ils portent du cuir noir, ils sont photographiés à New York, à Los Angeles avec leur scène en lotus qui s’ouvre… Je deviens fan transi du groupe et pendant tout l’été 1975, j’écoute la compilation sur laquelle il y a “It’s Only Rock’n’roll”, “Tumbling Dice”, etc. Les Rolling Stones deviennent mon groupe fétiche. Et le restent.

A écouter : Star Star